Vrba: héros! moderne loin du préfabriqué quotidien

« Parce que trois boutons manquaient à sa veste rayée de détenu, Yankel Meisel mourut le 17 juillet 1942, jour où Henrich Himmler visita le camp d’Auschwitz. Ce fut sans doute la première et la dernière fois de sa vie qu’il se permit un tel laisser-aller »

Rudolf Vrba, « I cannot forgive »

Titre français « Je me suis évadé d’Auschwitz » (p.7)… Lire la suite.....

MODERNITE ET HOLOCAUSTE

« Considéré sous l’angle d’une opération complexe, l’Holocauste pourrait servir de modèle de rationalité bureaucratique moderne. Presque tout était fait pour atteindre des résultats maximaux au prix de coûts et d’efforts minimaux. Presque tout (dans le domaine du possible) était fait pour utiliser au mieux les compétences et les ressources de tous les participants, y compris celles des futures victimes de cette opération réussie.

Lire la suite.....

CELAN « TODESFUGE » (1945)

Lait noir de l’aube nous le buvons le soir

le buvons à midi et le matin nous le buvons la nuit

nous buvons et buvons

nous creusons dans le ciel une tombe où l’on n’est pas serré

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il écrit

il écrit quand il va faire noir en Allemagne Margarete tes cheveux d’or

écrits ces mots s’avance sur le seuil et les étoiles tressaillent il siffle ses grands chiens

il siffle il fait sortir ses juifs et creuser dans la terre une tombe

il nous commande allons jouez pour qu’on danse

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons le matin puis à midi nous te buvons le soir

nous buvons et buvons

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il écrit

il écrit quand il va faire noir en Allemagne Margarete tes cheveux d’or

Tes cheveux cendre Sulamith nous creusons dans le ciel une tombe où l’on est pas serré

 

Il crie enfoncez plus vos bêches dans la terre vous autres et vous chantez jouez

il attrape le fer à sa ceinture il le brandit ses yeux sont bleus

enfoncez plus les bêches vous autres et vous jouez encore pour qu’on danse

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons à midi et le matin nous te buvons le soir

nous buvons et buvons

un homme habite la maison Margarete tes cheveux d’or

tes cheveux cendre Sulamith il joue avec les serpents

 

Il crie jouez plus douce la mort est un maître d’Allemagne

il crie plus sombres les archets et votre fumée montera vers le ciel

vous aurez une tombe alors dans les nuages où l’on n’est pas serré.Lire la suite.....

SORTIE NATIONALE DE LA LISEUSE

Le 7 Février 2012 sera le jour de la sortie nationale de « LA LISEUSE » qui sera disponible dans toutes les bonnes librairies.

En cas de problème (les librairies traînent de plus en plus les pieds pour une commande d’un exemplaire) ou de paresse, on peut bien sûr commander le roman sans se déplacer au prix public de 17 euros (franco de port) à la maison d’édition: Le Rire du Serpent.Lire la suite.....

POUR UNE RESPONSABILITE METAPHYSIQUE (II)

« Bien sûr, lorsque l’on pointe l’idée d’une responsabilité métaphysique surgit conjointement la question de Dieu, question qui hante autant Moins que Rien dans la révolte métaphysique du personnage sans identité que la raison d’être implicite de La Liseuse, incarnation mystico-auschwitzienne -osons le néologisme-  qui a le mérite de montrer qu’elle pense la question de Dieu non pas après Auschwitz mais avec Auschwitz!Lire la suite.....