L’impossibilité d’exister: la Shoah et la nature de l’existence

Autant la connaissance de la Shoah, si celle-ci devient un problème, et non plus seulement un événement, est possible à partir de la connaissance de ses structures (Philosophie de la Shoah le montrera), autant l’impossibilité d’exister avec et après la Shoah relève d’un horizon indépassable, tel un passé qui ne passe pas…

« Je vis sans vivre. Je fais ce qu’il faut faire. Parce qu’il le faut, parce que les gens le font. Parce que j’ai un fils qui n’est pas encore élevé. Ne crois pas que j’aie jamais la tentation d’en finir. Il n’y a rien à finir. Je me demande souvent comment font les autres, ceux qui sont revenus. » (Charlotte Delbo, Mesure de nos jours, Editions de Minuit, 1971, p.49).

Etonnant double fond d’une littérature qui nous donne à voir la nature même de l’existence: l’impossibilité d’exister.

Il n’y a rien à finir. Comme le souligne le paragraphe 51 de Sein und Zeit (Heidegger), même la mort ne finit rien.

Pour une métaphysique de la Shoah.

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.