Partout où l’humanité se trouve se trouve Auschwitz

Après Auschwitz, Yehiel Di-Nur fit tout ce qu’il put pour ensevelir dans l’oubli ses premiers travaux, allant jusqu’à les retirer des bibliothèques. Il abandonna aussi son non naissance.

Auschwitz, qui lui avait ravi sa famille, lui avait également pris son identité, le lui laissant que celle de prisonnier.

Il commença à écrire sur le Génocide peu après la libération, alors qu’il reprenait des forces dans un camp de l’armée britannique, près de Naples. La fin était proche, sentait-il; peut-être n’allait-il pas pouvoir terminer son travail. Mais il avait fait serment aux morts de porter leur voix, de rendre compte de leur histoire.

Quelque quarante ans plus tard, dans les années 80, il se souvenait: « Je me suis assis pour écrire, et pendant deux semaines et demie je ne me suis quasiment pas levé.  Je confiai ensuite le manuscrit à un soldat afin qu’il le fasse parvenir en Palestine. »

Sur la première page, le soldat lut le titre, Salamandra, et murmura: « Vous avez oublié d’écrire le nom de l’auteur. » Je hurlai, « le nom de l’auteur? Ceux qui sont partis dans les fours crématoires ont écrits ce livre! Inscris leur nom: Ka-Tzetnik. »

Ce nom vient du sigle allemand KZ (Ka Tzet) pour Konzentrationslager – camp de concentration. Les déportés étaient désignés comme des Ka-Tzetniks, et portaient chacun un numéro;  Di-Nur était le Ka-Tzetnik numéro 135 633 et c’est ainsi qu’il signa ses travaux. Il changea aussi de nom, comme le firent un grand nombre d’Israéliens, et il prit celui de Di-Nur, « qui vient du feu ».

 

« Partout où l’humanité se trouve se trouve Auschwitz » (Ka-Tzetnik)

Tom Segev. Le septième million, Liana Levi, 1993, p.8 et 16.

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.