Le biopolitique à partir d’Auschwitz

Ce qui s’est produit dans les camps dépasse tellement le concept juridique de crime que, le plus souvent, on a tout simplement omis de considérer la structure juridico-politique spécifique dans laquelle ces événements se sont produits. Le camp de concentration est ce lieu où s’est réalisée la plus absolue conditio inhumana qu’il nous ait jamais été donné de connaître sur terre: c’est, en dernière analyse, ce qui compte, pour les victimes comme pour la postérité.… Lire la suite.....

Le camp est-il le paradigme biopolitique de l’Occident?

 

Le xxe siècle avait fait irruption dans le travail tout simple des pelles, des pioches, des haches et des scies, travail sanctifié par la simplicité des armées de détenus des anciens bagnes.

Le monde des camps avait commencé à intégrer le progrès, à intégrer les locomotives électriques, les escaliers roulants, les bulldozers, les scies électriques, les turbines, les haveuses, l’immense parc des tracteurs et des automobiles.… Lire la suite.....

Vient de paraître « Enseigner la Shoah » (version numérique)

couverture-978-2-37168-109-5

 

« Le devoir de mémoire et l’approche purement fonctionnaliste de la Shoah escamotent le fait qu’une connaissance de la Shoah dans ses structures constitue un véritable réquisitoire de la modernité, dans son rapport à la raison comme rationalité pure, indépendamment du raisonnable, de la question du sens, et de l’autre sens du rationnel comme relationnel.… Lire la suite.....

Dialogue avec Jean-Claude Milner (5)

Cher Monsieur Milner;

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rosemary Koczy, je vous tisse un linceul.

 

Je voudrais essayer de me dégager du vocabulaire heideggérien, tout en conceptualisant phénoménologiquement mon propos sur la chambre à gaz.

L’idée que celui qui entre dans la chambre à gaz ne fait point l’expérience de la mort en tant que telle me semble problématique, d’autant plus lorsqu’elle permet à Agamben de faire du « musulman » le symbole du camp.Lire la suite.....