Interviews audio et vidéo

Reportage de France 3 sur le colloque “Le camp de Vittel (1941-1944) et sa relation à Auschwitz” les 23 et 24 juin 2017

 

Interview par l’écrivain Youcef Zirem dans l’émission “Graffiti” sur BRTV le 19 avril 2016

 
Débat autour d’une philosophie de la Shoah, Mano Siri, Judaïque FM, 2016

 

France Bleu Haute-Normandie, Cette année-là ! La Shoah et l’enseignement philosophique, 2015

 

La philosophie de la Shoah, R2R, 2014

 

Autour du roman “La Liseuse” sur Radio La Sentinelle, 2012

 

Autour du roman “La Liseuse” sur Radio R2R, 2012

 

Interview sur Radio La Sentinelle (durée : 25 min, 15 s), 2006

 

Interview sur Radio Campus (Enivrez-vous) (durée : 58 min), 2006

 

Interview sur Radio HDR (durée : 12 min 50 s), 2006

3 thoughts on “Interviews audio et vidéo”

  1. Bonsoir Didier,

    Félicitations pour ce site !

    J’ai écouté la première interview sur ton premier livre. J’ai apprécié le passage sur la symbolique de l’âme de « confession musulmane ». Personnellement, je pense que l’âme ne peut avoir de confession sauf si on croit en dieu mais bon, il doit y avoir une cohérence dans l’ensemble que j’ai pas encore saisi 😉
    J’espère que tu auras encore plus d’interview et de succès pour La Liseuse.

    Remarque : A quoi sert la balise html ci-dessous ? il serait bien de préciser l’utilité …

    à+
    Mouloud.

    1. Hello Didiercontent de voir que cette iievrtnew (qui te sort de des autres domaines de predilection) te plaise pour son contenu. Encore merci pour cette rencontre et pour ce contenu fort interessant.A bientot si c’est pas avant

  2. Cher Mouloud;

    Dans MQR, il y avait un vrai travail sur les religions du livre. Il ne faut pas se laisser leurrer par la violence verbale du personnage principal qui n’a même pas d’identité. Il se dit athée et parle de Dieu à l’envi! Etonnant, non?
    Sa traversée chrétienne dans ses références culturelles, son essence juive (l’ange barbelé de la Shoah dans son lit) son âme-soeur musulmane constituent la même affirmation selon laquelle rien de ce qui est humain, trop humain, ne lui est étranger. D’où sa décision de devenir grosso modo un homme.
    Au-delà des différences, l’affirmation d’un même principe, dans sa présence ou dans son absence.
    Relis le livre avec ce fil conducteur et on en reparle.

    Très amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *