Le camp est-il le paradigme biopolitique de l’Occident?

 

Le xxe siècle avait fait irruption dans le travail tout simple des pelles, des pioches, des haches et des scies, travail sanctifié par la simplicité des armées de détenus des anciens bagnes.

Le monde des camps avait commencé à intégrer le progrès, à intégrer les locomotives électriques, les escaliers roulants, les bulldozers, les scies électriques, les turbines, les haveuses, l’immense parc des tracteurs et des automobiles.… Lire la suite.....

Aperçu de l’antisémitisme

L’antisémitisme peut se manifester aussi bien par un mépris moqueur que par des pogromes meurtriers.

Il peut prendre bien des formes : idéologique, interne, caché, historique, quotidien, physiologique ; divers aussi sont ses aspects : individuel, social, étatique.

L’antisémitisme se rencontre aussi bien sur un marché qu’au Praesidium de l’Académie des sciences, dans l’âme d’un vieillard que dans les jeux d’enfants.… Lire la suite.....

Comment préparer un génocide?

 

L’abattage du bétail malade demande des préparatifs : il faut transporter le bétail, le rassembler, trouver du personnel qualifié, creuser des fosses.

La population aide les autorités à mener les bêtes à l’abattoir, à retrouver celles qui se sont échappées, non par haine pour les veaux et les vaches, mais par instinct de conservation.… Lire la suite.....

L’écrit de la Shoah chez Appelfeld

 

Les érudits, comme les démons, grouillent en tous lieux. Lorsque j’ai commencé à écrire, on m’attendait au tournant. On me renvoyait les manuscrits que j’adressais aux journaux accompagnés de remarques venimeuses. Des éditeurs me faisaient venir au prétexte d’une conversation pour me démontrer d’un ton paternel que je n’avais aucun don, et m’enjoindre de cesser d’écrire.… Lire la suite.....

Vient de paraître « Enseigner la Shoah » (version numérique)

couverture-978-2-37168-109-5

 

« Le devoir de mémoire et l’approche purement fonctionnaliste de la Shoah escamotent le fait qu’une connaissance de la Shoah dans ses structures constitue un véritable réquisitoire de la modernité, dans son rapport à la raison comme rationalité pure, indépendamment du raisonnable, de la question du sens, et de l’autre sens du rationnel comme relationnel.… Lire la suite.....

La mort est mon métier

 

« Qu’on ne s’y trompe pas: Rudolf Lang n’était pas un sadique. Le sadisme a fleuri dans les camps de la mort, mais à l’échelon subalterne. Plus haut, il fallait un équipement psychique très différent.

Il y a eu sous le Nazisme des centaines, des milliers, de Rudolf Lang, moraux à l’intérieur de l’immoralité, consciencieux sans conscience, petits cadres que leur sérieux et leurs « mérites » portaient aux plus hauts emplois.… Lire la suite.....