Phénoménologie de la chambre à gaz (précommande)

A paraître le 8 octobre 2018

Cliquez sur le lien ci-dessous pour votre précommande:

BDC Durmarque_BAT

Lire la suite.....

Nous, fils d’Eichmann!

Adolf-Eichmann-1961.04.15

« Que des millions d’entre nous sont employés, comme la chose la plus naturelle, à co-préparer la possible liquidation de populations, peut-être même de toute l’humanité, et aussi à la co-réaliser « en cas de conflit »; et que ces millions de gens acceptent et remplissent ces « jobs » avec autant de naturel qu’ils leur ont été proposés ou distribués.Lire la suite.....

Dialogue avec Jean-Claude Milner (8)

Juste un mot : je suis très intéressé par ce que vous dites sur les Tsiganes. J’ai toujours été frappé par un paradoxe : en tant que linguiste, j’ai suivi des cours de langue tsigane. Il ne fait aucun doute que cette langue est un prâkrit et se rattache directement au sanskrit.… Lire la suite.....

Dialogue avec Jean-Claude Milner (6)

Je vous accorderai beaucoup de points.
Comme vous, je rejette absolument la position d’Agamben sur le « musulman ».
Néanmoins, il me semble qu’il faut faire place à un apparaître de la chambre à gaz pour les organisateurs de la solution définitive.… Lire la suite.....

Dialogue avec Jean-Claude Milner (5)

Cher Monsieur Milner;

 

 

 

Je voudrais essayer de me dégager du vocabulaire heideggérien, tout en conceptualisant phénoménologiquement mon propos sur la chambre à gaz.

L’idée que celui qui entre dans la chambre à gaz ne fait point l’expérience de la mort en tant que telle me semble problématique, d’autant plus lorsqu’elle permet à Agamben de faire du « musulman » le symbole du camp.Lire la suite.....

Dialogue avec Jean-Claude Milner (4)

864993_3_e734_le-sociologue-jean-claude-milner-en-novembre
Concernant la chambre à gaz, il faut séparer victimes et bourreaux. Pour les seconds, il s’agit d’une invention technique et d’une solution à un problème. C’est en se plaçant du point de vue des premiers que l’on peut faire surgir la question ontologique et la dimension atopique, anachronique que vous évoquez.… Lire la suite.....