Doute philosophique et négationnisme historique

Wittgenstein met en évidence les limites pratiques du doute comme de la certitude, relançant l’investigation de Descartes. Ni la certitude, ni le doute n’apparaissent, pour lui, tout-puissants. Il écrit: « Qui n’est certain d’aucun fait ne peut non plus être certain du sens de ses mots » (De la certitude, Gallimard, 1976, par.114) et, ainsi,  » Qui voudrait douter de tout n’irait pas même jusqu’au doute. Le je du doute lui-même présuppose la certitude » (par. 115) Par exemple, « Si le marchand, sans avoir de raison de le faire, voulait examiner chacune de ses pommes pour être tout à fait sûr de son fait, pourquoi ne lui faut-il pas (alors) examiner l’examen lui-même? » (par. 459)

L’existence des chambres à gaz et du massacre organisé de millions de Juifs ont pour eux suffisamment de témoignages (de victimes et de bourreaux), de documents et de preuves matérielles (avec des différences, voire des divergences, dans la documentation utilisée, son interprétation et le chiffrage du nombre de tués), pour revêtir un haut degré de certitude qui ne peut être balayé par les seules prétentions impérialistes du doute. On pourrait dire du génocide perpétré par les nazis et leur recours aux chambres à gaz, ce que dit Wittgenstein de l’existence de la terre: « Ce que nous appelons preuve historique indique que la terre a existé déjà longtemps avant ma naissance; l’hypothèse contraire n’a rien pour elle. »

 

Philippe Corcuff: Négationnisme d’ultra-gauche et pathologies intellectuelles de la gauche.

in Consciences de la Shoah, Kimé 2000, p.266.

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.