Etat de la science avant la Shoah (3)

En 1920, Felix Meiner, considéré déjà à l’époque comme l’un des plus sérieux éditeurs allemands de philosophie, publia une plaquette gris-bleu intitulée Die Freigabe des Vernichtung lebensunwerten Lebens (L’Autorisation de supprimer la vie indigne d’être vécue). Les auteurs de cet ouvrage étaient Karl Binding, spécialiste reconnu du droit pénal (un encart collé à la dernière minute dans la deuxième de couverture informait le lecteur que, le doc. iur et phil. K.B. étant mort durant l’impression, ce livre devait être considéré comme « son dernier acte pour le bien de l’humanité ») et Alfred Hoche, professeur de médecine qui s’était occupé de questions relatives à l’éthique de cette profession.

 

Giorgio Agamben, Homo Sacer, Seuil, 1997, p. 147.

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.