La Shoah comme avatar de la raison moderne

« L’organisation du système concentrationnaire allant dans le sens d’une logique de rentabilité et d’efficacité avec tout ce que cela implique, par exemple la récupération systématique de tout ce qui pouvait avoir la moindre valeur économique. »

Daniel Bovy, Dictionnaire de la barbarie nazie et de la Shoah, Editions Luc Pire, 2007, p. 370.

 

« Mon premier point est que notre société est une société d’organisations.

Mon second point est que notre société d’organisations est pour une bonne part une société de grandes organisations.

Mon troisième point est qu’une forme de structure nommée bureaucratie mécaniste domine notre opinion sur la façon dont les organisations devraient être établies.

Mon quatrième point est qu’une forme irrationnelle de la « rationalité » sous-tend notre attirance pour la bureaucratie mécaniste.

Mon cinquième point est qu’une société de grandes organisations de type bureaucratie mécaniste « rationnelle » dicte un âge du MANAGEMENT (en lettres majuscules) que l’on a nommé le management professionnel et qui se révèle bien souvent léger, superficiel et parfois immoral.

Mon sixième point est que les organisations du type bureaucratie mécaniste conduites par un management professionnel, en mettant l’accent sur la quantification, nient le sens de l’engagement et réduisent ainsi les systèmes humains à des structures vides et impersonnelles. »

Henry Mintzberg: Le Management. Voyage au centre des organisations, Editions d’Organisation, 2004, chapitre XVII: une société devenue ingérable, comme résultat du management.

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.