Enfermée avant la sélection à Auschwitz: faire comprendre.

Comment faire comprendre ce que fut cette nuit du revier, quand les surveillantes clouèrent la porte et qu’il nous a fallu attendre le lendemain pour connaître la liste de celles qui avaient été condamnées par Mengele? (…)

A Rouen, où je fais maintenant de longs et réguliers séjours, je passe devant la maison de mes parents, d’où j’ai été arrachée, avec eux, par les nazis. Je retrouve des boutiques dont l’enseigne n’a pas changé. Je m’assieds sur un banc, dans le jardin Solférino qui est devenu le square Verdrel. Je retourne au lycée Jeanne d’Arc, devenu collège Barbey d’Aurevilly, et au lycée Corneille, les deux établissements où j’ai fait mes études, et j’y rencontre des élèves qui ont à peu de choses près l’âge que j’avais quand j’ai été arrêtée. J’ai retrouvé des gens que j’ai connus dans mon enfance. Je marche dans Rouen et m’y sens chez moi. J’ai l’impression d’y être vraiment la fille de mes parents.

Denise Holstein, Je ne vous oublierai jamais mes enfants d’Auschwitz, 1995, Editions n°1, p. 114-115.

 

Photo: rencontre avec Denise Holstein, été 2018, Côte d’Azur.

 

 

 

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.