Séance à double voix pour une métaphysique de la Shoah

 

 

Le 23 mars 2016, à 19h, Mémorial de Caen. Entrée libre.

Séance à double voix, avec la comédienne Martine Amsili, qui donnera vie aux textes de la littérature des camps.

Tout se passe comme si les grands textes de la littérature des camps posaient une métaphysique de la Shoah comme renouvellement de la question de Dieu ou de l’Être.
C’est une séance à double voix, avec l’actrice Martine Amsili, qui donnera vie à ces grands textes qui repensent la question de Dieu comme problème : Levi, Vrba, Pahor, Rousset, Borowski, Kertész, etc. seront les porte-paroles d’une métaphysique à partir de la Shoah.
Cette possibilité d’une métaphysique de la Shoah sera confrontée au discours philosophique classique et sur le dépassement de la métaphysique par la phénoménologie au XXe siècle.

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) sont des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l'identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) constitue la tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie à l'image du cogito de Descartes ou du Dasein chez Heidegger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *