Le rapport Pilecki: un sweepstake moderne

Une fois de l’étage de notre block, j’ai vu une scène qui m’a frappé pendant longtemps. Ce fut un jour où je restais au camp car l’on m’avait convoqué, par note écrite, à l’hôpital. A mon retour du HKB, je suis resté dans le block. Le temps était brumeux et il faisait sombre. La compagnie disciplinaire travaillait sur la place d’appel, creusant et transportant du sable. Un autre commando faisait, dans le froid, de la « gymnastique ». Près du trou creusé, se trouvaient trois SS. Craignant de s’éloigner de leur poste de travail du fait que Palitzsch ou le commandant inspectait ce jour-là le camp, ces derniers ont inventé une distraction. Ils ont fait un pari, chacun déposant des billets sur une brique. Puis, ils ont fait soigneusement enterrer un prisonnier dans le sable, la tête en bas. Et regardant leur montre, ils ont compté les minutes pendant lesquelles le prisonnier a remué les jambes. Une sorte de sweepstake moderne, me suis-je dit. Apparemment, celui qui s’était rapproché le plus du temps mis par le prisonnier pour mourir remporte les mises.

Le rapport Pilecki: Déporté volontaire, Auschwitz 1940-1943.

Editions Champ Vallon, 2014, p.76.

 

A noter: Une adaptation théâtrale du rapport Pilecki, mise en scène par Patrick Olivier.

Du 19 au 29 janvier 2016 – Le mardi à 14h30 et 20h30 // le jeudi et vendredi à 14h30

Théâtre de l’Epée de Bois

Téléphone :
01 48 08 39 74
Site Web :
http://www.epeedebois.com/

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Une réflexion sur « Le rapport Pilecki: un sweepstake moderne »

  1. Le patriote Witold Pilecki commandant de l’armée krajova assassiné par les communistes en 1948 déclara à sa femme.  » Par rapport à ce que je subis aujourd’hui dans les geôles communistes, Auschwitz était un kindergarten.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.