Himmler et l’homme correct

Dans ses Discours secrets, Himmler insiste sur l’idée selon laquelle le SS doit rester un homme normal et de qualité.

Il ne veut pas avoir affaire à des sadiques, des êtres sanguinaires pour la marche administrative et industrielle de la solution finale. Cela ne ferait que retarder et dysfonctionner le système mis en place. Pas d’émotion ici, surtout pas de fanatisme, juste de la raison.

Himmler exige également des êtres civilisés,  des êtres sensibles à la question spirituelle, religieuse: « Je n’ai jamais supporté aucun athée dans les rangs de la SS. »

Mais il s’agit avant tout de rester un homme correct:  « Je voudrais parler de l’évacuation des Juifs, de l’extermination du peuple juif. Voilà une chose dont il est facile de parler.  Le peuple juif sera exterminé, dit chaque membre du parti, c’est clair, c’est dans notre programme d’élimination des Juifs, extermination; nous ferons cela . Et puis, ils viennent, 80 millions de braves Allemands, et chacun a son  « bon » Juif. Evidemment, les autres, ce sont des cochons, mais celui-là, c’est un Juif de première qualité. Pas un de ceux qui parlent ainsi n’a vu les cadavres, pas un n’était sur place. La plupart d’entre vous savent ce que c’est que de voir un monceau de 100 cadavres ou de 500 ou de 1 000. Avoir passé par là, et en même temps, sous réserve des exceptions dues à la faiblesse humaine, être resté un homme correct, voilà qui nous a endurcis. »

Discours du 4 octobre 1943.

 

Pour une écoute du discours du 4 octobre 1943 d’Himmler.

http://www.h-ref.de/dk/vern/himm/himml.ra

 

Pour la retranscription exacte du discours

http://www.nizkor.org/hweb/people/h/himmler-heinrich/posen/oct-04-43/ausrottung-transc-nizkor.html

 

 

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

2 réflexions au sujet de « Himmler et l’homme correct »

  1. Justement, les monstres sont à trouver parmi les hommes de raison, une monstruosité de l’homme, pas extérieure à lui. Une médiocrité appliquée et sérieuse, toute banale et humaine.

  2. Oui, la monstruosité est la forme accomplie de la normalité comme conformisme, conformisme qui n’est jamais interrogé…une absence de pensée comme le dit Arendt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.