Struthof: Une chambre à gaz en France

20140813_170642

 

Victor Siminski: Dans la chambre à gaz, 1944, 35,5 cm x 61cm.

 

« Gazés au Struthof (Alsace) dans une chambre à gaz de fortune, trente femmes, puis cinquante-sept hommes, en août 1943. Les corps furent transportés à l’Institut d’anatomie de Strasbourg et placés dans des cuves de conservation afin de servir à constituer la collection de squelettes du professeur SS Hirt. Quelques-uns de ces corps étaient encore dans leurs cuves lors de la libération de l’Alsace en novembre 1944 ».

Dr Alelaïde Hauval: Médecine et crimes contre l’humanité, Actes Sud, 1991, p.84.

 

Le bonheur d’être un homme:

Kramer, commandant du camp du Struthof, raconta, qu’au moment du gazage des femmes, entendant leurs cris et regardant à l’intérieur de la chambre à gaz les corps morts recouverts par leurs excréments, « il ne ressentit aucune émotion pendant le déroulement de la scène parce qu’il était façonné comme ça », comme un homme, un vrai, pour ne rien ressentir…

C’est bon d’être un homme.

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.