Colloque Antelme: Château de Duras, samedi 20 mai 2017.

Titre de la conférence: Le scandale de l’indifférence dernière.

 

 

A l’instar de l’oeuvre de Primo Levi, on rapporte souvent l’oeuvre d’Antelme à son prisme anthropologique, à ce qu’elle donne à voir de l’homme, du caractère inaliénable de l’espèce humaine. L’exactitude de cette approche cache cependant une dimension essentielle de l’oeuvre d’Antelme, plus proche de la catastrophe ultime qu’est la Shoah, de ce que Aharon Appelfeld nommera plus tard une métaphysique de Shoah. Comment faire entendre cette dimension métaphysique plus méconnue de l’oeuvre antelmienne?  Comment voir qu’elle se rattache, parfois implicitement, voire à son insu, au renversement de l’ordre métaphysique, que cet ordre soit défini comme logos ou parole juive?

 

 

https://www.margueriteduras.org/

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.