Spéciale dédicace à l’Europe technocratique

« L’idéal n’est plus le meilleur Etat mais la meilleure machine. La meilleure machine, ce sera celle qui rendrait superflues non seulement la participation de l’homme (du moins la participation de l’homme en tant qu’homme) mais aussi l’existence d’autres machines, de toutes les autres machines : une machine réunissant en elle et exécutant en tant que Behemoth absolu et seul régnant toutes les opérations pensables (…) Ne nous faisons pas d’illusions : la « technique » n’est pas neutre vis-à-vis des formes de domination politiques. Ce serait se mentir à soi-même que de croire que la technique pourrait être employée par tous de la même façon pour atteindre leurs buts. La technique a plutôt ses habitudes du côté du principe « oligarchie ». Cela signifie qu’elle flirte avec les formes de domination oligarchiques. En termes négatifs, qu’elle est fondamentalement contraire à la démocratie ; du moins, dans la mesure où l’on reconnaît comme démocratie le principe d’une domination de la majorité qui est à la base de toutes les formes qu’elle a historiquement prises. La contradiction entre les deux principes est si aiguë que leur coexistence durable est absolument problématique. Voilà le véritable problème de coexistence qui se pose aujourd’hui (…) Il est parfaitement vraisemblable, aussi effrayant que cela puisse paraître, que les ères totalitaires des régimes hitlérien et staliniens n’aient pas été des intermezzi mais plutôt la réalisation de ce à quoi l’époque veut vraiment en venir. Dans ces régimes, elle a en tous cas montré son visage technique à nu et sans masque, un visage qui met toute son honnêteté dans l’abscence de scrupules, c’est-à-dire un visage qui tient un discours politique qui ne diffère en rien de son mode de pensée technique. »

 Editions du Rocher, 2006, p. 62, 63, 65, 66, 69.

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.