De l’antisémitisme comme de l’épouillage

Nous avons entamé notre action par le problème de sang, mais par « problème du sang », nous n’entendons évidement pas « antisémitisme ». Il en va de l’antisémitisme comme de l’épouillage. Détruire les poux ne relève pas d’une question de conception du monde. C’est une question de propreté. De la même manière exactement, l’antisémitisme n’a pas été pour nous une question de conception du monde, mais une question de propreté qui sera bientôt réglée.  Nous n’aurons bientôt plus de poux. Nous n’avons plus que vingt mille poux, et après toute l’Allemagne en sera débarrassée.

Himmler, Discours Secrets, Gallimard,1978, p.204.

Discours prononcé devant des officiers SS, le 24.4.1943.

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) étaient des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) Enseigner la Shoah: ce que la Shoah enseigne (2016) et Phénoménologie de la chambre à gaz (2018) constituent une tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.