Les raisons de la haine et la question du conformisme

Celui qui hait un groupe humain entier croit en réalité qu’il le fait par amour – amour de la société plus large qui doit être protégée, ou par amour pour les individus de ce groupe haï, considérés comme dévoyés par le groupe lui-même. C’est l’idée d’amour qui justifie et persuade de haïr. Ensemble nous haïssons!

Sarah Ahmed, The organisation of hate, Law and Critique, vol 12, p.345-365.

Cité dans « Rom », « Tziganes », « Nomades » un malentendu européen, Editions Karthala, 2014.

Article de Leonardo Piasere: Qu’est -ce qui l’antitsiganisme?, p.247.

 

 

Publié par

Didier Durmarque

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) sont des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l'identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) constitue la tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie à l'image du cogito de Descartes ou du Dasein chez Heidegger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *