Moins que rien (2006)

Moins que rien - Couverture
Moins que rien – Couverture

« Neuf mois avant ma naissance, ça avait frité terrible sous les draps.
Mes parents ignoraient que ça n’en valait pas la peine. Mais alors pas du
tout. Depuis tout petit déjà, je me prédispose à devenir une vieille crotte de
bique, quelque chose de constamment puant. Une omniprésence du mauvais
goût, panachée d’arrière goût, avec beaucoup, beaucoup de dégoût ! Une
vieille odeur de non-dit traînait dans mes petites chaussures taille vingt-deux,
achetées rue de Verdun à un ancien légionnaire qui me révéla le caractère
uniformément dégueulasse de l’existence humaine.
Rue de Verdun !… m’étonne pas qu’ils aient foutu la guerre en
moi (…) D’où est-ce qu’elle venait cette odeur dans mes pompes ? (…) De
l’existence ! cette odeur ! Elle venait pas du magasin, elle venait de la vie.
Tout naturellement, j’ai attendu que ça se passe… trente-trois ans. L’attente,
ça vous connaît aussi, je crois. Je l’ai aérée, mon existence. Elle a pris l’air
de rien.»

 

Le récital nihiliste d’un homme qui pense que le meilleur moyen de se suicider est de rester en vie. De cette idée naîtra une rencontre avec son âme, avec les autres, avec l’amour. Mais pour quoi faire ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *